'' Vivre avec ses tripes.
Comme une musique qu'on aime.
qui n'arrête jamais.
Anéantir le doute.
Ne faire vivre que le pur, le blanc.
Articuler la mélodie pour qu'elle colle
à notre ventre.
Défendre les larmes qui coulent de haut.
Écrire les romans du futur.
Brouiller les pistes.
Puis mourir ''


Louis-Philippe Janvier, 2008


Pourquoi un flocon de neige pour entête ?

La journée du 7 février 2013 jour du décès de Louis-Philippe, il neigeait à plein ciel,
c'était comme si Louis-Philippe venait faire un petit coucou
pour dire que tout allait bien pour lui.

C'est suite à cet évènement que Émilie Janvier, soeur de Louis-Philippe a
composé cette jolie chanson et qui s'intitule.

Tes flocons

Dans tes flocons de neige
Mets du bonheur
Met tout ce que tu veux
Tant qu’on puisse te voir un peu

Sur tes flocons de neige
Fait durer les souvenirs
Ne les laisse pas fondre
Laisse les nous unir

Pour qu’on se rappelle
Toi et elle
L’amour et la neige en parallèle
Pour qu’on se retrouve
À chaque tempête
Fait durer l’hiver aussi longtemps
Que tu le veux
Moi j’veux te voir souvent

Et tes flocons de neige
Tombent toujours
Le printemps changera
Ta façon de dire bonjour

Sur un flocon de neige
Dis-nous si tu es bien
Laisse fondre tes secrets
Dans le creux de nos mains

Paroles et musique:  Émilie Janvier



Fondation qui vient en aide aux jeunes adultes de 18 - 35 ans atteints de cancer

© Copyright fondationlouisphilippejanvier.com
fondationlpj@gmail.com
Pour tout problème sur le site communiquer avec:  webmaster.flpj@gmail.com

'' Maintenant que je suis grand et fort.

Intelligent et intéressant, modeste et généreux
que je suis celui qui est le dernier à partir dans les
moments difficiles, et le premier arrivé    
dans les moments heureux, je pars, l'esprit tranquille.
Dans mon sillage, je laisse des amours indéfinis,
des pensées mensongères, des images sincères,
des grands discours inachevés,
des lettres d'amour anonymes.
Je m'éteins, lentement, avec cette fameuse falaise,
à respirer le large, houleux et blanc,
et avec mon dernier cri,
j'attend l'écho de ma propre mort. ''

Louis-Philippe Janvier, juillet 2012